Mises à jour récentes Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • freyafinker 9:50 pm le August 13, 2011 Permalien | Réponse  

    Google map à partir d’une table mysql (api V3) 

    Voici les grandes lignes du tutorial que j’ai utilisé pour générer des objets dynamiques (trajectoires) dans google maps à partir d’une table mysql.
    Recommandation, il faut prendre son temps et s’appliquer, l’objet ne s’affichera que lorsque tout le code sera juste.
    Voici le lien vers le tutorial en anglais :
    http://code.google.com/apis/maps/articles/phpsqlajax_v3.html
    On suppose que vous savez utiliser php et mysql. Vous avez donc dans une table mysql divers champs, dont les champ lat et lng au format float 10,6.
    Il va falloir passer par xml pour faire passer les données de mysql vers javascript.
    On va passer tout de suite à "outputting xml with php".
    Il faut tout naturellement un fichier de connection à votre base de données (à mettre dans un fichier à part pour éviter de le publier par mégarde) (phpsqlajax_dbinfo.php)
    Ensuite, on va passer directement à Using PHP’s DOM functions to Output XML (il faut Php5).
    Dans le script fourni (phpsqlajax_genxml3.php), j’ai du corriger localhost par $host (et ajouté $host dans mon fichier de connection).
    Voyez ce que fait ce fichier. Il créé un élément markers et fait passer tous les champs de la table mysql que l’on veut utiliser comme attributs de cet élément. C’est ainsi qu’on pourra les récupérer.
    Pour vérifier que tout va bien, on peut faire afficher ce fichier genxml3.php, il se peut qu’il faille enlever la ligne Header content/type. Les erreurs éventuelles sont dues aux caractères spéciaux des champs mysql, il faudra les tranformer en utf 8 par utf8_encode($row['type']).
    C’est là que ça se corse.
    Pour appeler le fichier xml (Loading xml file), il va falloir définir la fonction
    downloadUrl(url,callback), url étant l’adresse soit du fichier xml, soit du php qui génère dynamiquement le xml.
    Puis appeler le fichier par downloadUrl (phpsqlajax_genxml3.php etc….) et le décortiquer.
    On définit une série de variables var qui sont les attributs récupérés à partir du fichier xml.
    var lat var lng var name var type var html
    var html prédéfinit le contenu de la fenêtre d’information que l’on peut faire ouvrir en cliquant sur le marker.
    Le marker permet de localiser une petite icône aux latitudes, longitudes voulues.
    Le tutorial complique les choses en proposant deux types d’icônes (customIcons) en fonction du type (hotel ou restaurant). Attention aux majuscules, minuscules, singulier, pluriel !
    Ensuite il va falloir associer la fenêtre d’information avec la fonction bindInfoWindow.
    Ne pas oublier d’appeler cette fonction à la fin du décorticage du xml.
    bindInfoWindow(marker, map, infoWindow, html);
    Enfin on reconstitue le tout en suivant l’ordre de Putting it all together.
    A noter dans la fonction load qui charge la page.
    Définir le centre de la carte, le niveau de zoom.
    Il faut préciser le type de carte roadmap, terrain ou satellite.
    Venons-en à la particularité de cette carte, je voulais afficher une trajectoire.
    J’ai choisi l’overlay polyline.
    Dans mon décorticage, j’ai récupéré les latitudes/longitudes de départ et d’arrivée que j’ai mis dans les variables point1 et point2 par new google.maps.LatLng(lat,lng)

    var point1 = new google.maps.LatLng(
    parseFloat(arrows[i].getAttribute("lat1")),
    parseFloat(arrows[i].getAttribute("lng1")));
    var point2 = new google.maps.LatLng(
    parseFloat(arrows[i].getAttribute("lat2")),
    parseFloat(arrows[i].getAttribute("lng2")));

    Puis il faut définir le chemin :

    var Path=[point1, point2];

    Puis l’overlay Polyline (je l’ai appelé Arrow, plus haut j’ai défini var Arrow)

    Arrow = new google.maps.Polyline({
    path: Path,
    strokeColor: "#FF0000",
    strokeOpacity: 1.0,
    strokeWeight: 2 });
    Arrow.setMap(map);

    La dernière ligne lie le tracé à la carte.
    J’espère que ces informations seront utiles, en tout cas moi elles m’aideront lorsque je reprendrai cela après une pause.
    Je vais de ce pas dessiner de belles flêches avec l’overlay Polygon.

     
    • www.newsreleases.ru 7:39   le avril 25, 2013 Permalien | Réponse

      Way cool! Some extremely valid points! I appreciate you penning this post plus the rest of the site
      is also very good.

  • freyafinker 12:53 pm le May 10, 2010 Permalien | Réponse  

    Erreurs lors de l’installation de WordPress Mu 

    J’ai pas mal bataillé parce que je me suis mélangé les pinceaux entre diverses installations que j’ai faites hier.
    La plupart de mes problèmes venaient des droits chmod sur le dossier dans lequel j’installais ma plateforme.
    Je ne suis pas sûre de pouvoir mettre ces droits à 777 à la racine du site chez mon hébergeur mutualisé.
    J’ai dû installer dans un sous-dossier. Bien mettre les droits à 777 également dans les sous-dossiers.
    Ensuite, bien remettre les droits à 755, également dans les sous-dossiers.
    Wordpress mu crée en ligne le fichier wp-config.php à partir de wp-config-sample.php.
    A chaque erreur, si un fichier wp-config est créé, il faut l’enlever du serveur avant de recommencer, sinon on a fatal erreur.
    Ensuite, l’installation a besoin du fichier htaccess-dist pour créer un fichier htaccess. Donc idem, si un fichier htaccess est créé mais que l’installation foire, il faut l’enlever.
    Lorsque les tables sont crées sur la base de données, il faut les supprimer pour recommencer une tentative d’installation.
    Bonne chance, ça marche et la version 2.9.2 a beaucoup moins de bugs !
    Voir aussi mon article sur l’installation de WordPress Mu.

     
  • freyafinker 9:35 am le April 5, 2010 Permalien | Réponse  

    Creative Commons 

    Blogger, c’est créer, et en tant que créateur, nous disposons de la propriété intellectuelle sur nos oeuvres (droit de retrait y compris).
    Après le droit d’interdire, nous sommes passés dans la 3ème ère du droit d’auteur, "la liberté d’autoriser", "autoriser à l’avance certaines utilisations", "permettre la réutilisation", comme le précise Danièle Bourcier, directrice de recherche au CNRS et responsable Creative Commons France.
    Creative Commons propose gratuitement des contrats libres de licence pour diffuser nos oeuvres.
    Les licences sont traduites en plusieurs langues, il existe une version courte et une version longue pour les juristes. L’auteur a le choix entre plusieurs types de licences qu’il va déclarer explicitement par un lien sur le logo CC. De plus les données sous licence sont indexées.
    Chacune des conditions peut être levée après contact direct avec l’auteur.
    Mettre ses oeuvres ou une partie de ses oeuvres gratuitement à la disposition du public n’est pas incompatible avec le fait d’en vivre. Voyez par exemple les options payantes proposées par WordPress.com (qui est sous licence CC avec certains droits réservés). Le site Jamendo qui propose des téléchargements gratuits de musique, ou le journal scientifique en ligne Plos one sont des exemples d’utilisation de licences CC.

     
  • freyafinker 10:33 am le December 5, 2009 Permalien | Réponse  

    Google map à partir d’une table Mysql 

    Il existe un très bon tutorial pour cela malheureusement il n’est pas traduit en français. Je n’en ferai pas une traduction mot à mot, je tenterai juste de montrer ce qui a marché pour moi.
    Pour faire afficher une Google map sur son site, deux solutions :

    • soit il s’agit d’une carte statique, pour indiquer un lieu, auquel cas il suffit d’aller entrer l’adresse par exemple ici et de coller le code généré à l’emplacement de la carte. Ils disent de ne pas modifier le code, mais il peut être utile de changer la valeur du zoom &zoom= (suivant que vos visiteurs viennent de loin ou pas).
    • pour afficher une carte dynamique, il suffit de demander à Google une clé d’API Google map. C’est gratuit si votre site n’est pas commercial, et c’est illimité pourvu que votre carte soit accessible (pas dans un intranet). Vous cochez juste la case disant que vous acceptez les conditions, et indiquez l’adresse du site sur lequel sera présente la carte. Vous pouvez demander autant de clés que vous voulez pour différents sites.

    Les processus de "géocodage" n’étant pas encore automatisés, il vous faut prévoir dans la table mysql deux champs indiquant la latitude (lat) et la longitude (lng) du lieu (et il vous faudra les remplir, mais ne nous dispersons pas pour l’instant !). Noter le format float (10,6) de ce type de données.

    `lat` FLOAT( 10, 6 ) NOT NULL ,
    `lng` FLOAT( 10, 6 ) NOT NULL ,

    Ensuite, il faut faire une sortie XML des données de la table, grâce à PHP.
    Pour cela le tutorial propose plusieurs méthodes, selon que vous avez accès à domxml ou non.
    Pour la méthode 1, essayez après avoir créé la table et son fichier de connection (dbinfo.php) de lancer le code suivant ce titre :
    Using PHP’s domxml Functions to Output XML
    Pour moi ça n’a pas marché (parce que je n’avais pas domxml) et j’ai donc fait l’essai suivant :
    Using PHP’s echo to Output XML
    C’est bien pratique de faire afficher le fichier XML car s’il contient la moindre erreur, c’est l’ensemble de la carte qui ne s’affichera pas.
    Attention aux accents et aux caractères spéciaux qui posent des problèmes avec XML, il faut les modifier par exemple en ajoutant cette petite fonction qui remplace les caractères par leur code html :

    function parseToXML($htmlStr)
    {
    $xmlStr=str_replace(",’>’,$xmlStr);
    $xmlStr=str_replace(‘"‘,’"’,$xmlStr);
    $xmlStr=str_replace("‘",’'’,$xmlStr);
    $xmlStr=str_replace("&",’&’,$xmlStr);
    return $xmlStr;
    }

    ou en remplaçant chaque donnée par :

    utf8_encode($donnee)

    Si vous avez php5, vous pouvez utiliser le chapitre suivant (ça a marché pour moi mais attention les fichiers domxml et DOM se ressemblent beaucoup, ils ne sont pourtant pas interchangeables):
    Using PHP’s DOM functions to output XML

    Ensuite il faut créer la carte, ce sera même la première chose qui apparaîtra dans votre fichier html (voir le tutorial):

    <script src="http://maps.google.com/maps?file=api&v=2&key=ABQIAAAAjU0EJWnWPMv7oQ-jjS7dYxTPZYElJSBeBUeMSX5xXgq6lLjHthSAk20WnZ_iuuzhMt60X_ukms-AUg"
    type="text/javascript">

    Remplacer la clé d’API (en gras) par votre propre clé.
    Ensuite appeler les icônes qui vont marquer les lieux (dans l’exemples ils ont des marqueurs bleu et rouge pour marquer les bars et les restaurants différemment selon la case "type" dans leur table.
    Creating custom icons
    Ensuite appeler le fichier php qui a marché pour générer la sortie XML.
    Loading the XML file
    Ensuite créer les marqueurs et ce qui s’affiche lorsqu’on clique dessus :
    Creating markers & info windows
    Et pour finir, faire afficher la carte (voir la fin du code dans le tutorial).
    Je ne pense pas que mes infos soient tout à fait suffisantes, mais ça devrait finir par marcher.
    Je trouve que ça vaut la peine de se pencher sur la question et d’aller pas à pas, il y a tant d’applications géniales de Google map, voir par exemple, Couchsurfing, un site génial permettant de trouver ou proposer un hébergement gratuit !
    Votre carte s’affichera seulement quand il n’y aura plus d’erreur ! Comme c’est beau de voir enfin s’afficher le petit marqueur après une journée à se prendre la tête !!!
    Dernier souci, comment trouver la latitude et la longitude pour les 200 points à afficher sur la carte ? Google propose un service de Geocoding (avec nombre de géocodages par jour limité) : GeocodingRequests
    Je me débats avec httpRequest pour faire cette opération automatiquement.

     
    • gnanzou 12:00   le mars 6, 2012 Permalien | Réponse

      bonjour je me nomme gnanzou.
      merci pour le tutoriel.mais j’aimerais actualiser a chaque minute ma carte pour qu’elle affiche les nouvelles données .
      mais je sais pas comment m’ y prendre .avez vous un tutoriel pour cela?
      merci

  • freyafinker 10:11 am le November 8, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : mise à jour, Wordpress français   

    Mettre à jour WordPress en 5 minutes 

    Le projet WordPress se poursuit et de nouvelles versions sont proposées aux utilisateurs, incluant la résolution de problèmes de sécurité informatique, la suppression de bugs, et l’inclusion de fonctionnalités demandées par les utilisateurs.
    Cet article s’adresse à ceux qui installent leurs blogs WordPress sur leurs propres serveurs, et non pas ceux qui ont un blog sur WordPress.com.
    Par le passé, il fallait sauvegarder la base de données avant de réinstaller, ce qui, si l’on a dix blogs WordPress, est un peu fastidieux !
    Je viens de mettre à la version 2-8-5 en français en 5 minutes.
    Conduite à tenir :

    • Télécharger la dernière version en français ici
      Personnellement je choisis la version .zip
    • Extraire tous les fichiers dans un dossier nommé par exemple WordPress 2-8-5 en français
    • Lire le fichier Readme.html (pour une fois je l’ai fait et bien m’en a pris, cela a évité la fastidieuse sauvegarde de la base de données)
    • Le truc qui n’est pas marqué dans Readme : ramener le fichier wp-config.php à un endroit où vous pourrez le retrouver facilement (par exemple sur votre bureau, car on va vous le demander dans une minute)
    • Aller sur le serveur par ftp et effacer tous les fichiers sauf le dossier wp-content et sauf des fichiers que vous auriez éventuellement modifiés
    • Transférer les autres dossiers et fichiers de la nouvelle version à la place des anciens
    • Dans votre navigateur, lancer (adressedevotreblog)wp-admin/upgrade.php
    • Quand on vous le demander, transférer le fichier wp-config.php à sa place (à côté de wp-config-sample.php)
    • Recharger la page upgrade.php et le tour est joué
     
  • freyafinker 5:51 pm le October 10, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : plateforme de blog,   

    Installation de WordPress MU 

    Lire l’article en entier avant d’installer !
    D’abord une bonne nouvelle : ça marche !
    Donc ne pas paniquer, ne pas s’énerver, ne pas faire n’importe quoi.
    Bien choisir tout d’abord dans quel dossier ou sous-domaine sera installée la plateforme.
    Télécharger sur le site le package.
    Le dézipper, ouvrir les dossiers et transférer par ftp dossiers et fichiers dans le dossier de destination, là où sera la plateforme (on a les dossiers wp_admin, wp_content et wp_include ainsi qu’une série de fichiers. Le package comporte aussi un fichier wpmu_settings.
    L’installation est différente de celle de WordPress, à savoir qu’on n’édite pas à la main le fichier wp_config.
    On transfère sur le site wp_config_sample et le script d’installation va créer le fichier wp_config. Il existe de plus un fichier wpmu_settings.
    Il faut donc avant toute chose donner des droits d’écriture et d’exécution au dossier de destination, en un mot mettre le chmod à 777.
    (si vous ne comprenez pas ces mots, vous ne pouvez sûrement pas installer une plateforme de blog chez vous… quoique)
    Ensuite, il faut taper dans le navigateur la future adresse de la plateforme soit : adressewebdossierdestination/index.php.
    Cela lance le script d’installation : index-install.php
    Vous renseignez en ligne les paramètres : nom de la base de données, utilisateur, mot de passe, adresse sql (à la place de localhost).
    Ensuite il vous faut choisir le mode d’affichage de vos futurs blogs, soit à chaque blog un sous-domaine, comme chez wordpress (ex freyafinker.wordpress.com) ou à chaque blog un dossier wordpress.com/freyafinker.
    Le premier cas aurait été idéal mais cela complique les choses au niveau des paramètres DNS chez l’hébergeur, j’y ai renoncé.
    Donc si tout marche bien, votre plateforme de blog est installée.
    Ne vous laissez pas inquiéter si par hasard il y a un problème de redirection pour aller administrer votre plateforme. Rappelez-vous que chez WordPress, la console d’admin se trouve sous wp-admin. D’ailleurs on peut y accéder en tapant simplement l’adresse de la plateforme. L’interface ressemble à celle d’un blog wordpress avec en plus un utilitaire d’administration de vos futurs blogs.
    Méfiez vous du nom du blog, évitez les caractères spéciaux.
    Si ça ne marche pas, recommencer l’installation (supprimez toutes les tables de la base de données, supprimer wp-config du serveur et retournez dans index.php). Eventuellement, c’est préconisé sur des forums, essayez d’enlever htaccess, et de le remettre seulement au moment où l’installation le réclame, mais je ne crois pas que ce soit nécessaire.
    Un mot sur la version française : actuellement (version 2.8) le fichier wp_config est à éditer à la main, et il manque le fichier wpmu_settings, ça craint ! Mais globalement c’est en comparant les deux versions que j’ai compris ce qui se passait.
    Pour la traduction en français, je ne vois pas l’intérêt de la version francophone, car les fichiers de traductions sont présents dans le dossier POMO de wp_include dans les deux cas. Quant aux thèmes, vu qu’ils sont réduits à leur plus simple expression, il suffit sans doute d’aller chercher les thèmes francophones correspondants. On verra à l’usage.
    Surtout ne lisez pas le readme, c’est incompréhensible, n’allez pas sur les forums où on vous embrouille, restez calme.
    En attendant, j’y suis depuis 9h, bye.
    Ah oui, pour les amis, un p’tit blog gratuit sur ma plateforme, ya qu’à demander, si si ça me fera plaisir.

    suite le lendemain matin : c’est vraiment un super outil, jusqu’à quand restera-t-il gratuit ? Les développeurs ont fait un super travail, donc pas étonnant qu’ils aient envie de faire du business avec ! Beaucoup de programmes d’affiliation, de versions payantes sont proposées.
    Problèmes rencontrés : taille de mémoire avec fatal error, lorsqu’on installe un thème un peu trop gourmand en espace alloué, ou lorsqu’on télécharge un médium un peu gros. On peut régler les paramètres d’espace pour chaque blog créé, choisir la taille maxi des fichiers à importer.
    Les thèmes : pas étonnant qu’ils n’aient mis que les thèmes minimalistes, bien vérifier qu’ils fonctionnent avant de les proposer.
    Les plugins : j’ai même pu installer Akismet l’anti-spam (gratuit tant que la plateforme ne récupère pas plus de 500€), mais il faut entrer le code API pour chaque blog. Un autre plugin m’a fait planter tout le système, je l’ai vite retiré du serveur.
    La langue : ce n’est pas encore optimal, il faut comprendre un peu d’anglais pour s’en sortir !

    Donc en conclusion, la plateforme WordPress MU fonctionne chez moi et c’est génial, merci WordPress, je me suis bien éclatée !

    Feedback après une semaine : certains des heureux destinataires de mes blogs n’ont pas reçu d’email, et je n’arrive plus à créer de nouveaux blogs fonctionnels. Donc patience, la version 2.9 de WordPress MU est annoncée pour avant Noël. En attendant j’ai quelques blogs qui fonctionnent !

    Attention, n’oubliez pas d’aller remettre les droits d’accès à leur valeur précédente (chmod à 755) une fois que l’installation est terminée.

     
    • Freya Finker 7:57   le avril 6, 2010 Permalien | Réponse

      Nouvelle installation de la version 2.9.1. La méthode est la même. Si vous avez une erreur, supprimer les tables créées dans la base de données avant de recommencer. Ca prend cinq minutes à tout casser. Et apparemment beaucoup moins de bugs lors de la création de nouveaux blogs, le choix de thèmes, etc…

    • Freya Finker 1:09   le avril 10, 2010 Permalien | Réponse

      En cas de problème avec les commentaires (page commentaire n’apparaît pas), il suffit d’aller changer l’édition des permaliens (les mettre sous la forme pageN° plutôt que date titre).

    • Freya 2:25   le mai 9, 2010 Permalien | Réponse

      Petit problème lors d’une nouvelle installation. J’ai une erreur 500 (internal server error) lorsque j’essaie d’aller dans l’admin du blog.
      Les tables n’ont pas été créées dans la base de données.
      Après un petit tour sur les forums, je suis allée vérfier les droits d’admin (chmod à 777) sur la racine du site sur laquelle j’intervenais ; en effet pas de wp-config créé, j’ai remis un wp-config-sample " frais". Nouvelle installation, cette fois les tables sont crées.
      Toujours problème d’erreur. J’ai enlevé htaccess dist, htaccess, et remis l’ancien htaccess. Tout à l’air de fonctionner, ça semble un peu magique !

  • freyafinker 3:24 pm le August 19, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : Ambient glo en français   

    Dossier en téléchargement sur son site 

    Mes recherches sur les forums et les réponses de type yaka m’ont occasionné quelques tâtonnements.
    Je voulais proposer en téléchargement un thème wordpress que je trouve sublime et que j’ai traduit en français : Ambient Glo.
    Donc, enfermer tous les fichiers que l’on veut donner en téléchargement dans un même dossier.
    Il va falloir ensuite compresser le dossier (je ne suis pas sûre que ce soit indispensable mais c’est surtout pratique). Pour cela, sous windows, cliquer droit, aller dans "Propriétés" puis "Avancé" cliquer sur "Compresser le contenu" puis en revenant à la page précédente "Appliquer".
    Le dossier compressé apparaît alors.
    Il ne reste plus qu’à le transférer sur le serveur par ftp et de faire un lien dans la page. Mais attention, dans le lien, il faut indiquer le nom du fichier en .zip ! De façon générale, il faut donner la bonne extension au nom du fichier (.txt, .doc, .pdf, etc…)
    Et voilà : Télécharger Ambient Glo Français
    Ce type de fichier (.zip) n’est pas accepté dans le type de média que l’on peut envoyer vers un blog (par envoyer/insérer), en tout cas pas chez WordPress, il faut donc disposer d’un espace web personnel pour pouvoir le proposer.

     
  • freyafinker 4:37 pm le August 4, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : syntaxe UPDATE   

    Mysql : UPDATE ne marche pas chez moi 

    A force de perdre des jours et des jours à faire fonctionner la commande UPDATE, je suis stressée chaque fois que je dois mettre à jour une table mysql.
    Je vous rassure, le titre est juste destiné à attirer ici les brebis égarées. UPDATE marche, si j’ai persévéré c’est que j’ai toujours fini par réussir.
    J’utilise souvent UPDATE pour mettre à jour des tables avec de très nombreux champs (en général tous mes champs sont modifiables).
    Si vous avez des problèmes avec UPDATE, commencez par vérifier soigneusement les noms de vos champs, les espaces, les majuscules, etc… Tout ceci doit être parfaitement cohérent entre la table MYSQL et les diverses instructions php.
    On peut très bien faire UPDATE d’un seul champ à la fois, cela vous permettra de vérifier une fois pour toute que UPDATE fonctionne, et de tester progressivement où est le problème.
    J’ai si souvent perdu un après-midi pour un guillemet manquant !
    Syntaxe UPDATE

    $query="UPDATE Table SET Champ=’$Champ’ WHERE id=$id";

    Autres vérifications :

    • être bien connecté à la table
    • le nom de la table
    • le nom de la base de données tant qu’à faire
    • que tous les paramètres que l’on veut mettre à jour ont bien été passés dans le fichier php

    $Champ=$_POST['Champ'];

    • et puisqu’on en est là, que l’on a bien form method=’post’ (et non pas ‘get’ n’est-ce-pas ?)
    • que tous les champs du formulaire que l’on poste sont bien les mêmes que ceux qu’on veut mettre à jour, ET que ceux de la table qu’on a créée.

    Le plus simple pour vérifier le passage des paramètres, c’est de faire
    echo $Champ;
    Petit bug rencontré récemment, mes echo ne s’affichent pas, il me faut prévoir un affichage en gras pour les faire apparaître.
    J’en ai d’autres à votre service des petits bugs que l’on n’apprend qu’avec l’expérience.
    Etre cohérent et ordonné, c’est probablement le B A/BA pour les informaticiens, mais pas forcément pour ceux dont coder est un hobby !
    Allez, puisque j’y suis, je vous livre ma méthode pour mettre à jour de nombreux champs et de nombreuses lignes d’une immense table.

    for($z=$zmin;$z<$zmax;$z++)
    {
    $query="UPDATE $table SET Champ='$Champ[$z]' WHERE id=$z";
    $result=mysql_query($query);
    }

     
    • Freya 1:29   le juillet 21, 2010 Permalien | Réponse

      Attention aussi à bien faire correspondre les numéros des champs dans les tableaux, et à vérifier le passage des tableaux par get ou post !

  • freyafinker 1:25 pm le July 26, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : twitter   

    Twitter sur WordPress grâce à P2 en français 

    La meilleure façon de choisir son template (theme) WordPress, c’est d’aller sur un de ses blogs WordPress.com, Tableau de bord, Apparence, là se trouve le moteur de recherche (voir tous les thèmes) permettant de choisir son thème.
    Deux nouveaux templates (catégorie front-page-post-form) permettent de blogger directement depuis la page d’accueil, ce sont Prologue et P2. J’ai bien l’impression d’ailleurs que P2 signifie Prologue 2.
    Ainsi il est possible de donner rapidement de ses nouvelles, de twitter sans s’inscrire à Twitter !!!
    J’ai de bonnes raisons de ne pas le faire ici.
    Petit problème qui sera sans doute prochainement résolu, c’est encore la version anglaise du thème qui est proposée.
    Pourtant, une traduction française existe, pour ceux qui ont leur WordPress sur leur propre domaine.
    Comme P2 est directement dérivé de Prologue, la traduction française de Prologue marche. Où est-elle déjà ? Je paranoïse légèrement : que de liens morts (vers des pages disparues) ces derniers temps ! Y aurait-il un problème de copyright avec cette traduction ? Mon blog va-t-il disparaître ? Je mets ci-dessous les fichiers en téléchargement. Je serai heureuse de citer l’auteur de la traduction s’il se fait connaître.
    Donc conduite à tenir : 1- télécharger le thème P2. Le dézipper (clic droit extraire tout). Et dans le dossier P2 Languages, rajouter les fichiers suivants fr_FR.mo et fr_FR.po (clic droit enregistrer la cible du lien sous).
    Un autre avantage de ce thème, c’est qu’il déroule tous les commentaires sous l’article (il est possible de modifier cette fonctionnalité). Il est également super-intéressant pour modifier rapidement et facilement les articles précédents. (Hé non, car cela supprime les catégories et les mots-clé)
    Petit bémol, il ne donne pas de titre à l’article. J’ai passé pas mal de temps à essayer de modifier cela, mais sans succès pour l’instant, je vous tiendrai au courant.

     
    • Giraultises 12:28   le août 19, 2009 Permalien | Réponse

      Bonjour et merci pour ces infos.
      Je viens de disposer ce thème sur mon blog mais seulement je n’arrive pas à poster un article directement depuis ma home page. Pourrais tu m’indiquer si cette fonction est en place sur ton blog ?

      • Freya Finker 2:53   le août 19, 2009 Permalien | Réponse

        Bonjour,
        La fonction n’est disponible que lorsqu’on est connecté à wordpress (il faut aller dans l’administration du blog que l’on ait son wordpress chez soi ou chez WordPress).
        De plus, il n’y a ni titre ni tags, donc c’est utile pour poster de courtes infos mais pour un vrai article il vaut mieux utiliser les moyens habituels.

        • Kakushin 12:34   le novembre 4, 2009 Permalien

          Merci pour la traduction.

          Je cherche moi aussi à ajouter la possibilité d’ajouter un titre directement mais sans succès jusqu’à maintenant….. As tu trouvé une solution depuis ?

        • Freya Finker 10:16   le novembre 8, 2009 Permalien

          Bonjour,
          Non, désolée je ne me suis pas repenchée sur ce problème de titre.
          Quelqu’un va trouver la solution…

    • Gaëtan 8:50   le septembre 1, 2009 Permalien | Réponse

      Merci pour la traduction :)

    • Gregg 2:08   le juillet 5, 2010 Permalien | Réponse

      Merci !

  • freyafinker 2:44 pm le July 19, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : hébergement écolo, pollution informatique   

    T-shirt livres et hébergement de site web bio 

    Grâce à une amie qui se lance dans l’édition de T-shirt livres en coton bio-équitable, j’ai découvert que l’on peut choisir son hébergeur de site web sur des critères écologiques.
    En effet les serveurs – pardon on dit Datacenter -, outre le fait qu’ils contiennent des métaux rares dont l’extraction est source de guerres, et dont les déchets sont toxiques, doivent être alimentés en électricité, dans des locaux refroidis, et cela 24h sur 24. Certains hébergeurs ont fait des choix quant à leur alimentation électrique, dans le choix des constituants de leurs serveurs, dans les méthodes de recyclage. Vous trouverez plein d’informations sur ce passionnant sujet, sur http://www.greenit.fr/.

    Un T-shirt imprimé en petit nombre d'exemplaires sur du coton bio - Cliquez sur l'image

    Un T-shirt imprimé en petit nombre d'exemplaires sur du coton bio


    En attendant, les codeurs sont aussi poètes, et j’aimerais bien pouvoir arborer un T-shirt équitable portant mon haiku.

     
  • freyafinker 11:54 am le July 5, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : plateforme de blogs,   

    WordPress Mu : installer sa propre plateforme de blogs 

    J’en ai rêvé, WordPress l’a fait.
    Maintenant que les hébergeurs proposent de plus en plus d’espace de stockage, pourquoi ne pas avoir sa propre plateforme de blogs, pour en faire profiter ses amis, sa famille, ses réseaux ?
    Eh bien WordPress propose en téléchargement une plateforme, WordPress mu, qui est d’ailleurs la plateforme sur laquelle tourne WordPress.com (là où tout un chacun peut ouvrir un blog gratuit sans se prendre la tête).
    Pour la version française, il vaut peut-être mieux attendre encore un tout petit peu. Ah oui, j’oubliais, c’est non seulement libre mais c’est gratuit !
    J’ai profité des vacances pour surfer un peu chez WordPress dont j’aime la devise :

    Code is poetry (Le code est de la poésie)

    et la formule de politesse :

    Thank you for creating with WordPress (Merci de créer avec WordPress)

    Mon rêve de vacances, ne sortir qu’à la fraîche et passer huit heures d’affilée sur mon ordi à faire des choses nouvelles et amusantes, à créer quoi… Au delà de huit heures, je m’abrutis…

    Pour en revenir à WordPress, on y apprend des mots nouveaux tels que haiku, kismet. Les contributeurs de WordPress sont invités à se définir au moyen d’un haiku.
    Le système qui gère wordpress.com s’appelle Automattic.
    Un plugin anti-spam hyper-performant : Akismet, a été mis en place.
    Kismet est un terme arabo/persan qui signifie destinée. Chez WordPress, on le traduit par :

    La force magnétique attractive qui actualise la réalisation du karma (traduction libre)

    Code is philosophy !

    Petit devoir de vacances, se trouver un haiku !

     
  • freyafinker 2:06 pm le June 1, 2009 Permalien | Réponse
    Tags : apostrophe, champ tronqué, ENT_QUOTES, htmlentities, input, tiret   

    Mysql : champs tronqués après apostrophes ou tirets 

    Des données de type nom ou adresse entrées dans une table mysql comportent souvent des apostrophes ou des tirets.

    Même si elles ont été entrées correctement dans la table, elles apparaissent tronquées lorsqu’on les rappelle à l’intérieur d’un champ input (pour modifier l’ensemble des données par exemple).

    Exemple : <form method=’post’ action=’modifier.php’><input type=’text’ size=’10’ name=’Adresse’ value='".$row[3]."‘>
    <input type=’submit’ value=’Mettre a jour’></form>

    Solution trouvée (en faisant abstraction des divers commentaires lus sur les forums qui nous font nous perdre entre problème de sécurité et commandes obsolètes).

    La solution, tout convertir en html que ce soit lors de la première entrée dans la table :
    $Adresse=htmlentities($Adresse, ENT_QUOTES);
    Cela implique de prévoir des champs bien plus grands dans la table car le code html d’un caractère comporte bien plus de caractères que le caractère lui-même (ex : é=&eacute; prend 8 fois plus de place !)

    ou au moment de la modification des données :

    $query="UPDATE $Table SET
    Adresse='".htmlentities($Adresse, ENT_QUOTES)."‘, etc…

    En plus, il semble que ce soit une bonne chose pour la sécurité informatique !
    Remarque : les 3 guillemets c’est un guillemet simple suivi d’un guillemet double (l’inverse pour fermer).
    Remarque encore : le ENT_QUOTES permet de convertir également les guillemets (simples ou doubles en leur code html).

     
  • freyafinker 8:35 am le October 29, 2008 Permalien | Réponse
    Tags : recherche, , theme, wordpres   

    Comment choisir son template wordpress ? 

    Si je devais ouvrir un site internet, je le baserais sur un blog wordpress (tellement facile à mettre à jour à partir de la console d’administration). Seul petit problème, je cherche un thème qui ne ressemble pas à un blog mais à un site. Mon wordpress, je l’installerais chez mon hébergeur pour avoir toutes les fonctionnalités que je veux en m’aidant de cet article : Comment installer son blog WordPress en 5 minutes ?

    L’année dernière, il existait chez wordpress.org un formulaire où on pouvait cocher les cases pour choisir par exemple d’avoir un wordpress bleu avec 2 colonnes et prêt à recevoir les widgets (widget ready).

    Après avoir pas mal cherché ce formulaire, j’ai fini par trouver l’adresse :

    http://wordpress.org/extend/themes/

    Il faut entrer les mots-clé dans le formulaire de recherche en haut de cette page :

    exemple : blue, widget-ready, 2 columns, simple, right sidebar, no image

    On a alors accès à une prévisualisation et au vote des internautes et on peut télécharger le template (que l’on ajoutera dans wp-content/themes).

    De nombreuses sociétés proposent des templates wordpress avec un look professionnel (plus ou moins gratuits c’est à dire que certains ajoutent de la pub ou des liens obligatoires).

     
    • lespacearcenciel 1:23   le octobre 29, 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour Dillet, comment vas-tu depuis le temps ? Ce matin je n’ai pas trop le temps mais je reviendrais décortiquer ton article. Surtout en ce qui concerne les templates WordPress Professionnels (Version site…). De plus je vais me mettre à étudier Joomla et Drupal en vue de l’amélioration de mon site ou d’un autre. Je ne sais pas encore…

      Bises à toi,

      A bientôt,

      Hugues ;-)

    • ykpe 11:43   le décembre 23, 2008 Permalien | Réponse

      je ne sais pas du tout comment utiliser
      wordpress sur mon site.

      Besoin svp

    • jackpot 6000 1:54   le mai 23, 2013 Permalien | Réponse

      You could certainly see your enthusiasm in the article
      you write. The arena hopes for even more passionate writers such as you who
      aren’t afraid to say how they believe. All the time go after your heart.

  • freyafinker 2:15 pm le May 8, 2008 Permalien | Réponse
    Tags : debutant, html, internet debutant, nom de domaine, site internet   

    Comment créer un site internet : le minimum vital 

    J’aimerais avoir mon propre site internet : quel est le minimum à savoir ? comment s’y prendre ?

    Un site internet est un ensemble de pages écrits dans le langage html. La caractéristique principale de ce langage est la possibilité de créer des liens hypertextes qui permettent de naviguer d’un simple clic d’une page à l’autre. Le lien apparaît comme un texte souligné, ou suivant le style de la page, écrit dans une autre couleur, ou changeant d’aspect au passage de la souris.

    exemple de lien Internet pour débutants

    Pour être accessibles du monde entier, les sites internet doivent être hébergés sur des serveurs.
    Les fournisseurs d’accès à internet vous proposent pour la plupart un espace pour héberger vos pages personnelles. D’autres vous offrent un blog gratuit, ou ou outil de création de site.

    Pour créer votre site, vous aurez donc besoin :

    • d’un hébergement sur un serveur
    • d’un logiciel d’édition de pages html (un simple éditeur de texte de type wordpad peut suffire)
    • un logiciel de ftp (file transfer protocol) qui permet de transférer les pages que vous avez éditées sur le serveur, pour ma part j’utilise Filezilla.

    Question hébergement : c’est une question importante à envisager, selon que votre site est à but personnel (destiné aux parents et aux proches seulement) ou à but commercial ou si vous espérez une large audience.

    Un site doit avoir une adresse qui sera du type http://nomdemonsite.com. Les fournisseurs d’accès à internet vous proposent des adresses assez difficiles à retenir. Pas grave pour un usage personnel car il suffira à vos correspondants de garder l’adresse dans ses favoris.

    Par contre, si vous envisagez de faire connaître votre site, il vaut mieux prévoir tout de suite un nom de domaine. Le nom de domaine est du type : nomdemonsite.com ou nomdemonsite.fr ou nom-de-mon-site.fr Une fois réservé chez un loueur de noms de domaines (registrar), le nom de domaine vous appartient à condition d’en payer le prix (environ 10 € par an).

    Vous voyez tout de suite l’intérêt de prendre un peu de temps à réfléchir à votre nom de domaine. L’idéal est qu’il soit le plus informatif possible sur le contenu de votre site, cela aidera ensuite au référencement de votre site internet pour le faire connaître auprès des moteurs de recherche. Vous pouvez tester la disponibilité de votre nom de domaine avant de l’acheter, par exemple chez Gandi.

    Mais je parle, je parle et la question de l’hébergement n’est toujours pas réglée. Quoique. Si vous achetez votre nom de domaine chez Gandi, vous aurez en prime un blog gratuit, et ça peut être suffisant pour ce que vous souhaitez faire (un blog étant un site internet très facile à mettre à jour grâce à une interface utilisateur). Cette configuration vous coûtera donc une dizaine d’euros par an.

    Une fois que vous avez un nom de domaine, il va falloir vous choisir aussi un hébergeur payant. A ma connaissance, les fournisseurs d’accès à internet n’hébergent pas les noms de domaine. Au mieux, ils peuvent vous proposer un sous-domaine du genre : http://monsiteinternet.monfournisseurdacces.fr (ce qui n’est pas si mal soit dit en passant). J’utilise Yellis pour mon hébergement et j’en suis contente, en 5 ans, le site a été inaccessible un seul jour, on peut les contacter par email et recevoir une réponse personnelle. Ce service me coûte 50€ par an. Gandi vient de se lancer dans l’hébergement mais c’est un peu plus cher. Les hébergeurs fournissent des services qui permettent de rendre les sites web dynamiques, d’y installer des boutiques en ligne, etc…

    En pratique donc, vous choisissez un nom de domaine, vous le payez (compter un jour de délais), vous choisissez un hébergeur, vous suivez ses instructions pour y transférer le nom de domaine (compter un jour de délais), vous téléchargez Filezilla pour transférer vos fichiers html sur le serveur. Et vous pouvez commencer à voir le résultat en faisant afficher vos essais dans votre navigateur. Bonne création. Pour apprendre le langage html, essayez ce site. Ou alors tapez votre question dans un moteur de recherche.

     
    • Alexandre 4:26   le octobre 3, 2008 Permalien | Réponse

      Bonjour,

      Je suis formateur en nouvelles technologies depuis plus de 10 ans. Ainsi je donne des cours dans des domaines tels que "le HTML", "les Bases de Données" et "les sites web".
      Pour préparer un de mes derniers cours sur les sites web, j’ai dû regrouper dans un document des conseils pour rendre un site web plus attractif et professionnel.
      Ayant obtenu un grand succès auprès de mes élèves, j’ai pensé offrir gracieusement ce livre à tous ceux qui se posent la question : "Comment rendre mon Site plus Agréable et encore plus Vendeur?"

      ————————————————————————–
      Gratuit : le livre des 15 Conseils utiles pour Votre Site :
      http://qualitique.2set2.fr
      ————————————————————————–

    • nanodots 11:18   le avril 20, 2009 Permalien | Réponse

      Il y a aussi la possibilité de créer votre site internet en ligne en utilisant http://www.autoweb-creator.fr c’est ultra-simple.

    • sanaa 6:59   le juin 26, 2009 Permalien | Réponse

      s v p je voux creer une adress email

    • ysengrimus 7:11   le juillet 17, 2009 Permalien | Réponse

      Bravo. Mais alors, quel type de blogue recommandez-vous? Vous trouverez la typologie des blogues et de beaux exemples collaboratifs d’autres blogueurs, pour mieux cerner la blogue-réalité, sur:

      Le Carnet d’Ysengrimus
      http://www.blogueparade.com/detail/blogue-2942.html

      Grand merci et félicitations.
      Paul Laurendeau

  • freyafinker 3:39 pm le April 6, 2008 Permalien | Réponse
    Tags : email gratuit, email sans fournisseur d'accès, webmail   

    Comment créer une adresse email gratuite ? 

    Vous pouvez commencer à communiquer par email sans posséder d’ordinateur, sans payer de fournisseur d’accès à internet, en utilisant simplement l’ordinateur d’un ami ou celui d’une médiathèque ou d’un cyber-café.

    De nombreux sites proposent des adresses email gratuites (caramail, yahoo, google, laposte…). Il suffit de suivre les instructions et vous obtiendrez un nom d’utilisateur (login) et un mot de passe qui vous permettront d’aller consulter vos messages de n’importe quel ordinateur connecté à internet et ce de façon privée. Petit bémol, certains sites d’email gratuit vous demandent d’avoir déjà une adresse email pour recevoir les renseignements qui vous serviront à vous connecter, ce qui n’est pas cool, et d’autres comme la poste vous enverront vos renseignements par la poste.

    Une fois votre adresse email créée, il vous suffit d’avoir les emails de vos correspondants pour la tester. Attention évitez de la donner sur des forums ou de l’inscrire en clair sur des sites internet car c’est le meilleur moyen pour qu’elle soit récupérée par les spammeurs (ceux qui envoient des publicités non sollicitées).

    Pour consulter votre email vous allez donc ouvrir le site internet de la société qui vous a fourni votre adresse email. N’oubliez pas de marquer cette page en favori ou d’en retenir l’adresse, ce site internet qui vous permet de consulter votre email à distance, à partir de n’importe quel ordinateur s’appelle un webmail.

    Les fournisseurs d’accès à internet qui vous permettent de vous connecter "chez vous" vous proposent une ou plusieurs adresses emails qui vont avec et que vous pourrez consulter sur leur webmail. Dans ce cas, les emails restent stockés sur le serveur de votre fournisseur d’accès. Il est également possible de les rapatrier sur son propre ordinateur en utilisant des logiciels de messagerie (qui gèrent les emails) comme "Outlook express" ou "Thunderbird", ce dernier ayant l’avantage d’être libre et gratuit. Mais c’est une autre histoire que nous ne vous conterons pas aujourd’hui. Car, la prochaine chose que vous allez vouloir faire, c’est discuter en direct sur msn (ah tiens, msn ne s’appelle plus msn mais windows messenger). Vous apprendrez rapidement comment faire en suivant le lien.

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.