Mises à jour de août, 2011 Activer/désactiver les fils de commentaires | Raccourcis clavier

  • freyafinker 9:50 pm le August 13, 2011 Permalien | Réponse  

    Google map à partir d’une table mysql (api V3) 

    Voici les grandes lignes du tutorial que j’ai utilisé pour générer des objets dynamiques (trajectoires) dans google maps à partir d’une table mysql.
    Recommandation, il faut prendre son temps et s’appliquer, l’objet ne s’affichera que lorsque tout le code sera juste.
    Voici le lien vers le tutorial en anglais :
    http://code.google.com/apis/maps/articles/phpsqlajax_v3.html
    On suppose que vous savez utiliser php et mysql. Vous avez donc dans une table mysql divers champs, dont les champ lat et lng au format float 10,6.
    Il va falloir passer par xml pour faire passer les données de mysql vers javascript.
    On va passer tout de suite à « outputting xml with php ».
    Il faut tout naturellement un fichier de connection à votre base de données (à mettre dans un fichier à part pour éviter de le publier par mégarde) (phpsqlajax_dbinfo.php)
    Ensuite, on va passer directement à Using PHP’s DOM functions to Output XML (il faut Php5).
    Dans le script fourni (phpsqlajax_genxml3.php), j’ai du corriger localhost par $host (et ajouté $host dans mon fichier de connection).
    Voyez ce que fait ce fichier. Il créé un élément markers et fait passer tous les champs de la table mysql que l’on veut utiliser comme attributs de cet élément. C’est ainsi qu’on pourra les récupérer.
    Pour vérifier que tout va bien, on peut faire afficher ce fichier genxml3.php, il se peut qu’il faille enlever la ligne Header content/type. Les erreurs éventuelles sont dues aux caractères spéciaux des champs mysql, il faudra les tranformer en utf 8 par utf8_encode($row[‘type’]).
    C’est là que ça se corse.
    Pour appeler le fichier xml (Loading xml file), il va falloir définir la fonction
    downloadUrl(url,callback), url étant l’adresse soit du fichier xml, soit du php qui génère dynamiquement le xml.
    Puis appeler le fichier par downloadUrl (phpsqlajax_genxml3.php etc….) et le décortiquer.
    On définit une série de variables var qui sont les attributs récupérés à partir du fichier xml.
    var lat var lng var name var type var html
    var html prédéfinit le contenu de la fenêtre d’information que l’on peut faire ouvrir en cliquant sur le marker.
    Le marker permet de localiser une petite icône aux latitudes, longitudes voulues.
    Le tutorial complique les choses en proposant deux types d’icônes (customIcons) en fonction du type (hotel ou restaurant). Attention aux majuscules, minuscules, singulier, pluriel !
    Ensuite il va falloir associer la fenêtre d’information avec la fonction bindInfoWindow.
    Ne pas oublier d’appeler cette fonction à la fin du décorticage du xml.
    bindInfoWindow(marker, map, infoWindow, html);
    Enfin on reconstitue le tout en suivant l’ordre de Putting it all together.
    A noter dans la fonction load qui charge la page.
    Définir le centre de la carte, le niveau de zoom.
    Il faut préciser le type de carte roadmap, terrain ou satellite.
    Venons-en à la particularité de cette carte, je voulais afficher une trajectoire.
    J’ai choisi l’overlay polyline.
    Dans mon décorticage, j’ai récupéré les latitudes/longitudes de départ et d’arrivée que j’ai mis dans les variables point1 et point2 par new google.maps.LatLng(lat,lng)

    var point1 = new google.maps.LatLng(
    parseFloat(arrows[i].getAttribute(« lat1 »)),
    parseFloat(arrows[i].getAttribute(« lng1 »)));
    var point2 = new google.maps.LatLng(
    parseFloat(arrows[i].getAttribute(« lat2 »)),
    parseFloat(arrows[i].getAttribute(« lng2 »)));

    Puis il faut définir le chemin :

    var Path=[point1, point2];

    Puis l’overlay Polyline (je l’ai appelé Arrow, plus haut j’ai défini var Arrow)

    Arrow = new google.maps.Polyline({
    path: Path,
    strokeColor: « #FF0000 »,
    strokeOpacity: 1.0,
    strokeWeight: 2 });
    Arrow.setMap(map);

    La dernière ligne lie le tracé à la carte.
    J’espère que ces informations seront utiles, en tout cas moi elles m’aideront lorsque je reprendrai cela après une pause.
    Je vais de ce pas dessiner de belles flêches avec l’overlay Polygon.

     
    • www.newsreleases.ru 7:39 le avril 25, 2013 Permalien | Réponse

      Way cool! Some extremely valid points! I appreciate you penning this post plus the rest of the site
      is also very good.

    • Steve 9:33 le août 14, 2015 Permalien | Réponse

      Bonjour

      je fait fonctionner ce script sans problème ( celui cité dans l’article ) depuis quelques années sur une page web mais quant je passe sur wordpress c’est tout un binz.. aurais tu des tuyaux

      merci

    • Freya Finker 9:16 le août 14, 2015 Permalien | Réponse

      Bonjour, j’ai moi aussi des problèmes de marqueurs qui ne s’affichent pas lorsque je change d’hébergeur. Je soupçonne un problème au niveau du xml généré qui serait dû peut-être à la version de php ? (il y a une erreur xml). Je suis en train de tester certaines options php, comme le fait d’autoriser ou pas le code court : <? au lieu de <?php, sinon voici la façon de lancer xml si le code court ne marche pas.
      <?php echo '
      Je suis preneuse d’informations. Je reviendrai dire ici si je trouve la solution mais c’est galère.
      Bonne chance.

  • freyafinker 10:33 am le December 5, 2009 Permalien | Réponse  

    Google map à partir d’une table Mysql 

    Il existe un très bon tutorial pour cela malheureusement il n’est pas traduit en français. Je n’en ferai pas une traduction mot à mot, je tenterai juste de montrer ce qui a marché pour moi.
    Pour faire afficher une Google map sur son site, deux solutions :

    • soit il s’agit d’une carte statique, pour indiquer un lieu, auquel cas il suffit d’aller entrer l’adresse par exemple ici et de coller le code généré à l’emplacement de la carte. Ils disent de ne pas modifier le code, mais il peut être utile de changer la valeur du zoom &zoom= (suivant que vos visiteurs viennent de loin ou pas).
    • pour afficher une carte dynamique, il suffit de demander à Google une clé d’API Google map. C’est gratuit si votre site n’est pas commercial, et c’est illimité pourvu que votre carte soit accessible (pas dans un intranet). Vous cochez juste la case disant que vous acceptez les conditions, et indiquez l’adresse du site sur lequel sera présente la carte. Vous pouvez demander autant de clés que vous voulez pour différents sites.

    Les processus de « géocodage » n’étant pas encore automatisés, il vous faut prévoir dans la table mysql deux champs indiquant la latitude (lat) et la longitude (lng) du lieu (et il vous faudra les remplir, mais ne nous dispersons pas pour l’instant !). Noter le format float (10,6) de ce type de données.

    `lat` FLOAT( 10, 6 ) NOT NULL ,
    `lng` FLOAT( 10, 6 ) NOT NULL ,

    Ensuite, il faut faire une sortie XML des données de la table, grâce à PHP.
    Pour cela le tutorial propose plusieurs méthodes, selon que vous avez accès à domxml ou non.
    Pour la méthode 1, essayez après avoir créé la table et son fichier de connection (dbinfo.php) de lancer le code suivant ce titre :
    Using PHP’s domxml Functions to Output XML
    Pour moi ça n’a pas marché (parce que je n’avais pas domxml) et j’ai donc fait l’essai suivant :
    Using PHP’s echo to Output XML
    C’est bien pratique de faire afficher le fichier XML car s’il contient la moindre erreur, c’est l’ensemble de la carte qui ne s’affichera pas.
    Attention aux accents et aux caractères spéciaux qui posent des problèmes avec XML, il faut les modifier par exemple en ajoutant cette petite fonction qui remplace les caractères par leur code html :

    function parseToXML($htmlStr)
    {
    $xmlStr=str_replace( »,’>’,$xmlStr);
    $xmlStr=str_replace(‘ »‘,’"’,$xmlStr);
    $xmlStr=str_replace(« ‘ »,’'’,$xmlStr);
    $xmlStr=str_replace(« & »,’&’,$xmlStr);
    return $xmlStr;
    }

    ou en remplaçant chaque donnée par :

    utf8_encode($donnee)

    Si vous avez php5, vous pouvez utiliser le chapitre suivant (ça a marché pour moi mais attention les fichiers domxml et DOM se ressemblent beaucoup, ils ne sont pourtant pas interchangeables):
    Using PHP’s DOM functions to output XML

    Ensuite il faut créer la carte, ce sera même la première chose qui apparaîtra dans votre fichier html (voir le tutorial):

    <script src="http://maps.google.com/maps?file=api&v=2&key=ABQIAAAAjU0EJWnWPMv7oQ-jjS7dYxTPZYElJSBeBUeMSX5xXgq6lLjHthSAk20WnZ_iuuzhMt60X_ukms-AUg »
    type= »text/javascript »>

    Remplacer la clé d’API (en gras) par votre propre clé.
    Ensuite appeler les icônes qui vont marquer les lieux (dans l’exemples ils ont des marqueurs bleu et rouge pour marquer les bars et les restaurants différemment selon la case « type » dans leur table.
    Creating custom icons
    Ensuite appeler le fichier php qui a marché pour générer la sortie XML.
    Loading the XML file
    Ensuite créer les marqueurs et ce qui s’affiche lorsqu’on clique dessus :
    Creating markers & info windows
    Et pour finir, faire afficher la carte (voir la fin du code dans le tutorial).
    Je ne pense pas que mes infos soient tout à fait suffisantes, mais ça devrait finir par marcher.
    Je trouve que ça vaut la peine de se pencher sur la question et d’aller pas à pas, il y a tant d’applications géniales de Google map, voir par exemple, Couchsurfing, un site génial permettant de trouver ou proposer un hébergement gratuit !
    Votre carte s’affichera seulement quand il n’y aura plus d’erreur ! Comme c’est beau de voir enfin s’afficher le petit marqueur après une journée à se prendre la tête !!!
    Dernier souci, comment trouver la latitude et la longitude pour les 200 points à afficher sur la carte ? Google propose un service de Geocoding (avec nombre de géocodages par jour limité) : GeocodingRequests
    Je me débats avec httpRequest pour faire cette opération automatiquement.

     
    • gnanzou 12:00 le mars 6, 2012 Permalien | Réponse

      bonjour je me nomme gnanzou.
      merci pour le tutoriel.mais j’aimerais actualiser a chaque minute ma carte pour qu’elle affiche les nouvelles données .
      mais je sais pas comment m’ y prendre .avez vous un tutoriel pour cela?
      merci

  • freyafinker 7:56 pm le September 24, 2007 Permalien | Réponse  

    10 Freemen au hasard 

    Pour les modifier, il suffit de cliquer sur ce lien, pensez à le faire de temps à autre.

    J’ai simplement utilisé la commande « ORDER BY RAND » lorsque j’appelle les données de ma base de données Mysql.

    Sinon, c’est simplement un pseudo-RSS qui s’écrit dans un fichier xml, dont l’adresse est à indiquer dans son widget lecteur RSS chez WordPress.

    Pour Dotclear, il suffit de limiter à 10 le nombre d’entrées dans le lecteur de fil de nouvelles.

     
    • lespacearcenciel 12:19 le septembre 25, 2007 Permalien | Réponse

      Bonsoir Dilett,

      Génial ce truc !!! Qu’est-ce que tu ne fais pas pour nous tous « les freemen ».
      Excellent boulot, encore bravo 😉
      J’espère que les freemen vont se réveiller. A ce sujet je te (vous), conseille mes derniers billets sur mon site ou blog, comme on veut – tout dépend notre expression favorite…
      Dont voici le dernier :
      http://www.lespacearcenciel.com/?p=214
      Celui-ci est aussi excellent :
      http://www.lespacearcenciel.com/?p=213

      Bises,

      A bientôt,

      Hugues 😉

  • freyafinker 7:42 pm le September 11, 2007 Permalien | Réponse
    Tags : Liste automatique, liste freemen, OPML, , XML   

    Listes freemen : mode d’emploi 

    Les freemen, n’allez pas chercher vos listes sur la plateforme de pluralisme, mais prenez-les plutôt sur autresmondes. D’autant plus qu’il y a un bug sur la plateforme. Je suis en train d’installer une autre plateforme sur Autresmondes.

    Je gère une base de données qui comporte toute la liste des blogs et sites freemen en plus des informations que vous pouvez mettre à jour vous-mêmes en remplissant votre fiche.

    Sur cette page, le fait de cliquer sur un lien ou un logo (XML, RSS, OPML, PHP) écrit un fichier avec la liste des liens correspondants. L’url de ce fichier vous est indiqué. Par exemple, l’url OPML vous permet d’importer toute la liste dans votre blogroll grâce aux menus Blogoliste, Importer des liens (chez WordPress). Si on vous demande un fichier à télécharger de votre disque dur, vous pouvez copier-coller le ficher OPML, dans un traitement de texte, et il vous faudra l’enregistrer sous format texte seulement et avec une extension .xml. Attention, en utilisant cette instruction, je suis tombée sur une erreur : c’est l’adresse qui se termine par .xml qu’il faut indiquer dans WordPress comme url OPML.

    Si vous êtes sur Dotclear, vous avez tout intérêt à utiliser le widget : lecteur de fil de nouvelles et à y indiquer l’url qui vous est donnée en cliquant sur : liste alphabétique ou le logo XML. Ainsi vous aurez une liste alphabétique toujours à jour (même si son design ne plaît pas à tout le monde).

    Malheureusement WordPress ne permet l’insertion que de 10 entrées dans son widget RSS. C’est pourquoi j’ai ajouté une variante que je nomme : pseudo RSS et qui permet d’avoir une liste ordonnée avec les dix derniers blogs du réseau en premier. Cela permet d’avoir une liste presque à jour grâce à OPML et d’afficher les 10 derniers grâce à RSS. Remarque : le pseudo RSS génère une sorte de flux RSS de la liste freemen.

    Si vous n’avez pas encore rejoint WordPress ou Dotclear, il y a peut-être une solution pour vous chez Typepad ou Canalblog, qui semblent permettre l’intégration de flux RSS, merci de votre feedback.

    Pour ceux qui pourraient utiliser du code php sur leurs blogs (or de nombreuses plateformes zappent le code php), il existe aussi un fichier php à inclure. Pour info c’est la commande : (elle a été zappée)

    Cela s’adresse malheureusement seulement à ceux qui ont leur wordpress chez eux et qui ont activé le php.

    Sur blogspirit, je me suis fait une liste décorative que j’appelle par une commande (zappée aussi)

    Attention une telle liste ne crée pas de liens vers les blogs de la liste.

    Plus je tente d’expliquer tout cela et plus je me rends compte que ce n’est pas très simple. Désolée. N’hésitez pas à poser des questions.

     
    • hudbad 3:50 le septembre 20, 2010 Permalien | Réponse

      Bonjour,une petite question:
      -Combien de temps faut’il pour apparaitre sur la liste des blogs freemen?

    • Freya Finker 6:39 le septembre 20, 2010 Permalien | Réponse

      Bonjour, après s’être signalé à un(e) free(wo)men, on se retrouve inscrit sur la liste. Ensuite, l’apparition se fait au gré des mises à jour de la liste, par les quelques free(wo)men survivants.
      Je vous inscris bien que le lien vers un seul site ne soit pas une excellente façon d’afficher la lste freemen (puisqu’elle ne crée pas de nouveaux liens vers les blogs de la liste).
      Free(wo)menement…

      • Freya Finker 6:47 le septembre 20, 2010 Permalien | Réponse

        Oups, mille excuses je n’avais pas vu la liste freemen dans la colonne de gauche !

  • freyafinker 5:24 pm le August 29, 2007 Permalien | Réponse  

    How to use the automatic bloglist site ? 

    Technorati Profile

    For many good reasons bloggers want to link each other, but display and maintainance of lists is somewhat tedious.

    I developped a web platform aimed at creating, maintaining, and automatically updating lists.

    Each list is stored in a mysql database. A password is required to administrate the list.

    The list can then be retrieved in various html formats, and also in wiki format.

    A php file is also generated to be included. Be careful however that including the list in php won’t produce links to the blogs of the lists but to the list’s platform. Such a list can be only decorative (in a blogroll that accepts php) and must be combined with an html list in a post for efficient linking.

    An OPML file is generated that can be imported in the blogroll of several blog platforms such as WordPress or Dotclear (speaking only of the free platforms).

    A « pseudo RSS » file is generated that mimics an RSS file containing fluxes. The list can then be imported in the RSS reader of your blog platform. In this configuration, the list will be updated automatically.

    In fact I made two versions of the RSS file, one that is ordered alphabetically, called XML and the other one with the last entries of the list present first called RSS. WordPress limitates to 10 the number of RSS fluxes that can be imported from a given url. This is likely to be too limitating for your list. A solution is to have an OPML file in your blogroll and to complete it with the RSS entries. So you don’t have to update your OPML too often.

    When the creator of a list adds a blog, the files are generated by clicking on the links (RSS, XML, OPML, php). We can expect robots to do this job, but it is safer to click in order to update the file.

    When you click, you obtain the url of the list to be indicated in the import session of the blogolist, or in your RSS reader widgets.

    You will still have to wait for the RSS flux on your blog to update, and you don’t have to care about lists any more.

    And then you can move on to other things, such as an agregator to display content of your list. Very soon, I hope to add a link to the agregator of the list.

     
  • freyafinker 6:58 pm le August 16, 2007 Permalien | Réponse  

    Problèmes d’encodage 

    Après avoir cherché un bon moment comment examiner la déclaration XML des flux RSS qui comporte l’indication de l’encodage (ISO-8859-1 ou UTF-8), je me suis penchée sur le code de MagpieRSS et je me suis aperçue qu’il n’était pas besoin de réinventer le fil à couper le beurre, MagpieRSS s’est déjà penché sur le problème. J’ai conclu qu’il renvoie du ISO-8859-1 (mais le logiciel date de 2005) et j’ai essayé de changer pour UTF-8 sans améliorer le rendu de l’agrégateur.

    Il ressort que WordPress et Dotclear sont encodés en UTF-8 et qu’ils sont pour l’instant minoritaires dans la liste des blogs que je veux agréger. Donc pour le meilleur rendu, il faut afficher la page php de l’agrégateur en ISO-8859-1, ce qui laisse les textes UTF-8 avec des ? à la place des apostrophes. Bah, c’est presque lisible.

    Prochaines étapes, regarder à nouveau le code de MagpieRSS pour voir ce qui cloche, et chercher un autre agrégateur qui serait plus adapté à notre langue accentuée…

    Ouliblog semble avoir résolu le problème, l’affichage est impeccable. Mais l’agrégation est distante, or je voudrais sur les traces d’Antoine ramener le flux vers un blog pour pouvoir commenter les articles. Coup de chapeau à Antoine en passant.

     
  • freyafinker 1:28 pm le August 14, 2007 Permalien | Réponse  

    Plateforme de gestion de listes, comment ça marche ? 

    Elle est localisée sur Autresmondes.eu, un site qui a pour but d’envisager le web autrement.

    http://www.autresmondes.eu/Plateforme.php
    On peut y créer une liste, en entrant simplement le nom de la liste, un mot de passe, et un email qui peut être utile pour récupérer le mot de passe de la liste par exemple. On pourra aussi ajouter un logo et afficher le manifeste du réseau en question.

    Cela crée une base de données (une table en fait) dans la base de données sur le même serveur.

    On peut alimenter cette base de données en entrant essentiellement le nom des blogs du réseau et leur adresse. Il peut être très utile d’entrer également l’adresse du flux RSS de ces blogs, si l’on songe à en rassembler le contenu dans un Agrégateur dans un avenir proche.

    On récupère alors automatiquement la liste sous de nombreux formats :

    • 3 versions d’html pour insertion dans une page Web (il suffit de faire CTRL C) pour copier la plage de données qui nous intéresse. La quatrième colonne correspond au format wiki.
    • une version php dont on peut inclure l’adresse dans son blog, à condition qu’il supporte php (certains blogs zappent le code php), il suffit alors d’introduire la commande<?php include(« url »);?> (url étant l’adresse du fichier php correspondant à la liste, qu’on obtient en cliquant sur php).

    logo opml carre– une version OPML : on peut soit télécharger la cible du lien sur son disque dur, soit indiquer l’url OPML qui doit être importée dans sa blogoliste (cas de WordPress et Dotclear).

    logo rss carre– une version RSS et XML, et c’est là que ça devient intéressant ! Les deux versions ne diffèrent que par l’ordre des blogs, dans un cas, c’est alphabétique (pour XML) et dans l’autre cas (RSS), ce sont les derniers blogs inscrits en premier. L’adresse de l’url XML peut être indiquée dans le lecteur de fil de nouvelle de Dotclear, et la liste apparaît dans la blogroll et est toujours* à jour. Si le nombre d’entrées est limitée comme dans WordPress, il y a avantage à importer dans un widget RSS la liste RSS, ce qui permet aux derniers blogs entrés d’apparaître en premier. Cette liste complète une liste OPML qui serait en blogroll et donc évite d’avoir à la mettre à jour trop souvent.

    Il me semble que cela est clair, mais étant l’auteur, je comprends sans doute plus facilement les choses, n’hésitez pas à poser toute question ici.

    *Elle est toujours à jour, à condition que quelqu’un ait cliqué sur le lien qui écrit le fichier à jour, je pense qu’on peut compter sur les robots pour faire cela, mais si vous constatiez que votre liste ne se met pas à jour, vous pouvez aller cliquer

    **Enfin, patience, car pour que la liste se mette à jour sur votre blog, il faut attendre l’heure où le scanneur de flux scanne les flux, et selon les cas, ça peut être toutes les heures, ou tous les jours, donc la mise à jour n’est pas instantanée mais ça ne veut pas dire que ça ne marche pas.

    ***Et finalement, pour ceux qui auraient des listes de 700 blogs sous format exel, je peux les insérer pour eux dans une base de données.

     
    • freyafinker 1:50 le août 14, 2007 Permalien | Réponse

      Je vois en surfant sur les blogs politiques, qu’il faut que j’ajoute rapidement une version wiki !

    • freyafinker 7:08 le août 18, 2007 Permalien | Réponse

      La liste au format wiki est désormais disponible.

  • freyafinker 1:01 pm le August 14, 2007 Permalien | Réponse  

    Le pseudo RSS, comment ça marche ? 

    Il ne reste plus qu’à tromper le système, examiner la structure du fichier RSS, et mettre à la place les données qui nous intéressent, à savoir le nom du blog et le lien et la date de modification de l’entrée dans la base de données.

    Donc, à partir d’une base de données Mysql dans laquelle on rentre les noms des blogs, leur adresse, on va pouvoir générer automatiquement un fichier XML qui aura la structure d’un flux RSS et sera accepté par les lecteurs de flux RSS.

    Certains Weblogs, notamment Dotclear, WordPress, probablement Typepad et sans doute Canalblog, permettent d’importer le contenu d’autre blog dans un Widget lecteur RSS ou lecteur de fil de nouvelle, que l’on place dans les colonnes de son blog.

    Dotclear ne limite pas le nombre d’entrées, si bien que l’on peut avoir une liste complète toujours à jour en insérant l’adresse du pseudo RSS dans un lecteur de fil de nouvelles.

    Pour WordPress, le nombre d’entrées est malheureusement limité à 10. C’est pourquoi je combine l’insertion du fichier OPML dans les la liste des liens, et le pseudo RSS dans le lecteur de flux RSS. Ainsi, les dix dernières entrées apparaissent automatiquement, ce qui évite d’avoir à mettre à jour la liste trop souvent.

     
  • freyafinker 12:40 pm le August 14, 2007 Permalien | Réponse  

    PHP permet d’écrire du XML 

    Dès lors qu’on dispose d’une liste dans une base de données, on peut utiliser PHP pour générer le fichier OPML de la liste.

    On peut l’écrire dans une page web en utilisant des encodages pour les guillemets et les signes > et < < > & etc… Une liste fort utile des codes est présente ici.

    Mais on peut aussi l’écrire dans un fichier, et ça c’est super-fort.

    Pour cela, on va utiliser son logiciel ftp, par exemple Filezilla.

    On va créer un fichier que l’on transfère sur le serveur par Filezilla et auquel on donne des droits d’écriture (chmod à 777, ça fait super-pro). Cela veut dire qu’on va (dans attributs du fichier, en cliquant droit sur le fichier) cocher toutes les cases permettant à tous d’éditer, de voir et de modifier le fichier.

    Ensuite il suffira dans le fichier php d’ouvrir le fichier, d’écrire dedans, puis de le fermer.

    Fabuleux, non ?

    On commence à entrevoir ce que peuvent bien faire les hackers…

     
  • freyafinker 12:22 pm le August 14, 2007 Permalien | Réponse  

    Exemple de fichier XML, OPML 

    XML s’est imposé à moi petit à petit avec les blogs et les histoires de flux RSS.

    En bref, les plateformes de blogs permettent aux auteurs d’exporter le contenu de leurs articles sous forme d’un fichier XML (RSS ou RDF, ou encore ATOM). Ce fichier peut être récupéré par les agrégateurs de flux RSS et permet d’être au courant des nouveautés sans aller expressément sur le blog en question.

    Un fichier XML est structuré, il doit être bien formé, sinon il ne passe pas ou bien on reçoit un message d’erreur. Pour voir si le fichier XML valide bien, il suffit d’ouvrir l’adresse dans Internet Explorer (eh oui, ce dernier logiciel sert encore à quelque chose). On obtient ainsi une liste des erreurs à corriger. Par contre, avec Firefox, le problème c’est que Thunderbird (le logiciel de messagerie qui est aussi un lecteur de flux RSS) s’ouvre automatiquement s’il voit une extension de type .xml, c’est la galère !

    J’utilise donc IE pour tester mes fichiers XML quand ils ne fonctionnement pas.

    Le premier fichier XML que j’ai écrit, c’était un fichier OPML (à la demande de Nicolas Voisin). Il s’agissait d’insérer la liste freemen dans l’agrégateur Ouliblog. Et pour commencer, il suffisait de récupérer le fichier d’export de Ouliblog pour voir à quoi ressemblait un OPML. Ouliblog est génial car il indique les erreurs si on essaie de lui faire importer un fichier OPML.

     
  • freyafinker 11:52 am le August 14, 2007 Permalien | Réponse  

    CV développeur : l’histoire 

    Le tournant de ma carrière est sans doute octobre 2002. Juste après mon premier marathon et mon 40ème anniversaire, je suis une formation PHP, Mysql. Merci mille fois à mon chef pour qui je n’ai que des griefs, sauf celui de m’avoir orientée vers cette formation que je n’avais pas demandée ni même remarquée, je n’avais d’ailleurs pas la moindre idée de quoi il pouvait bien s’agir.

    Dès lors je n’ai cessé de me former et de développer des trucs. La rencontre avec les freemen m’a fourni un prétexte pour des essais de plus en plus osés autour de la liste freemen.

    • un forum simple et un forum développé
    • un jeu permettant de classer les blogs freemen (qui peut être reconverti et dérivé en système de stockage de réactifs ou de produits divers, en formats divers)
    • des pages individuelles permettant à chaque freemen de se présenter (pratiquement du WYSIWYG)
    • un site de partage d’outils pour les chercheurs travaillant dans une même discipline
    • un logiciel scientifique de génération d’amorces pour une méthode de clonage par PCR
    • un site interactif proposant des services informatiques aux personnes âgées

    En 2004, j’ai cru mourir à une formation C. Je n’avais jamais été sollicité aussi fort intellectuellement, et la chaleur, plus des problèmes rénaux étaient de la partie pour me faire souffrir terriblement. Plus jamais ça, vive PHP !

    En 2006, et malgré l’opposition capricieuse du chef dont j’ai parlé tout à l’heure, j’ai fait une formation XML.

    XML et ses mots-clés viennent tout juste d’entrer dans ma vie, c’est de cette nouvelle expérience que j’ai envie de vous faire part.

     
c
créer un nouvel article
j
message/commentaire suivant
k
message/commentaire précédent
r
Réponse
e
Modifier
o
afficher/masquer les commentaires
t
remonter
l
connexion
h
afficher/masquer l'aide
shift + esc
Annuler